Rockocini Balobota : le site

Bienvenue sur le site de Rockocini Balobota, mon site. Sur mon blog, vous découvrirez ma présentation, mon parcours, mon lieu de vie et mes passions.

Qui est Rockocini Balobota ?

C’est vrai ça, qui suis-je ? Voici une brève présentation. Fils de Monica et Giovanni Balobota, mes parents qui sont de grands fans de Sylvester Stallone m’ont donné un prénom en hommage à Rocky Balboa : Rockicini Balobota.

Photo de la famille Balobota.

Famille de Rockocini Balobota
Tout la famille Balobota avec moi, Rockocini au centre, mes parents et mon frère

Pour poursuivre dans leurs pas, je me suis également passionné pour la série de films de boxe de Stallone et Avildsen. Me découvrant une véritable vocation, je me suis mis à pratiquer le noble art de la boxe. J’ai commencé très jeune, dès l’âge de 6 ans et aujourd’hui, je ne suis pas peu fier de pouvoir annoncer que j’ai développé mes propres techniques, dont la fameuse Rockocini Balobota inversée. Vous voulez en savoir plus ? Découvrez-les en vidéo ci-dessous.

[Vidéo]

Vous pouvez également me rencontrer en personne et les voir à l’œuvre dans mon club de boxe française : le centre Rockocini Balobota situé à Paris.

Le parcours de Rockocini Balobota

Mes parents sont nés en Italie dans les années 60. Je ne pense pas me tromper si je dis que ce sont les plus grands fans de la saga Rocky de tous les temps (après moi bien entendu). Ils m’ont transmis le virus au travers mon prénom : « Rockocini ».

De Rocky à Rockocini

Etymologiquement, Rockocini vient donc du boxeur fictif « Rocky » interprété par Stallone qui signifie « Cailloux » en anglais et « Cini », diminutif du terme « Cinico » qui signifie « Cynique » en Italien.

En d’autres termes, Rockocini signifie le « Caillou cynique ». Pas mal non pour un boxeur ?

De Balboa à Balobota

Pour le nom de famille, ce ne sont pas mes parents qui l’ont choisi. Ils le portaient déjà avant moi. Une belle coïncidence étant donné l’acteur à qui ils ont consacré leur vie.

En effet, Balobota rappelle aisément Balboa des films Rocky. La fin du nom « Bota » signifie « coup » en Italien. «Coup », « boxe », vous faites le lien ?

Une immersion très jeune dans le monde de la boxe

C’est donc dès mes 6 ans que mes parents ont commencé à me donner des leçons de boxe à domicile. Nous n’étions pas bien riches donc je m’entraînais avec les moyens du bord. Un porte-manteau me servait de sac de frappe, Les marches du Philadelphia Museum of Art appelées également « Rocky Steps » faisait l’affaire comme terrain de course, mon chien Stallone m’apprenait à esquiver les coups et mon chat Michael Sylvester Gardenzio (oui on était fan) recevait mes uppercuts et crochets du gauche. Je le mettais K.O. à chaque fois en moins de 3 rounds.

La légende Rockocini Balobota, le boxeur de compétition était né.

Mes premières compétitions à l’adolescence

C’est en France, à Paris où j’ai toujours vécu que j’ai commencé à boxer en compétition. Au programme, championnats d’arrondissement, concours départemental et quelques années plus tard, coupe de France. A chaque fois, je montais sur le podium.

C’est ainsi qu’à l’âge de 15 ans, j’étais couronné dans tous les plus grands rendez-vous de boxe du pays. Moi, R. Balobota, j’étais finalement peut-être fait pour ce sport. Il fallait que je commence à décider ce que j’allais faire de ma vie.

Rockocini Balobota, boxeur professionnel

A 16 ans, j’ai été repéré par un entraineur qui travaillait notamment dans le cinéma : Adrian Pennino, accessoirement femme de Rocky Balboa et cousine de Nino Balobota, mon frère.

Nous avons commencé à travailler les coups dans une salle de boxe de XIXème arrondissement. Je développais vitesse et précision, ce qui me permettais de devenir encore meilleur chaque jour.

« Frappe Rockocini ! Frappe Rockocini Balobota ! »

C’est par cette phrase que mon coach m’apprenait à accélérer et à progresser. Avec les années j’étais devenu un vrai monstre. Je regardais mon adversaire droit dans les yeux ! On me surnommait « The Eye of the Tiger » !

Accélération sans précipitation. Telle était ma devise. Mon style de boxe était si particulier que j’ai eu le droit à de considérables mentions dans la presse. Le journal « Le Monde » à notamment fait un reportage sur ma large victoire au championnat de boxe Junior de Marseille.

Je suis passé trois fois sur France 3 qui ont été particulièrement créatifs avec leur titre : « Rockocini, en voici, Balobota : en voilà ! ».

A cette époque, vous avez surement entendu parler de moi. On voyait du R. Balobota sur tous les médias. Toutes les chaînes de télévisions avaient fait leur reportage sur le grand Balobota, boxeur de Paris qui défie toute la France.

Boxeur, danseur et professeur : Balobota ne baisse pas les bras

C’est donc à cette époque que j’ai atteint mon meilleur niveau. Et je me suis rendu compte que je pourrais en faire encore plus avec ma maîtrise de la boxe. Vous le savez, le jeu de jambe est un point très important pour être efficace sur le ring.

Et quel autre sport demande une bonne maîtrise de ses jambes ? La danse ! Je me suis donc mis à danser le rock. Et pas n’importe quel rock ! Le Rock Ocini ! Oui vous avez bien lu ! J’ai dévolé une réelle expertise dans cette danse qui m’a permis de devenir très efficace sur les pistes de danse.

Pour poursuivre l’aventure de la boxe, du rock et de la danse, il fallait transmettre le flambeau à d’autres générations. J’ai donc passé un diplôme de monitorat fédéral pour pouvoir former à mon tour des jeunes aux techniques de boxes que j’avais mis des années à apprendre et à maîtriser. Mais j’ai surtout pu leur apprendre les méthodes qui ont fait mon succès lors des compétitions.

 

Un peu d’égocentrisme fait du bien. J’ai appelé cet ensemble de technique par mon nom : Rockocini Balobota.

Comment faire la Rockocini Balobota en 10 étapes ?

La Rockocini Balobota est une technique de boxe française très simple. Tout se passe au niveau de l’équilibre et des jambes. Voici les étapes pour la réussir.

  1. Il faut se tenir bien droit sur ses jambes
  2. Lever très haut la droite
  3. Envoyer le pied dans le visage de l’adversaire
  4. Baisser la jambe
  5. Redresser légèrement la cheville du pied gauche
  6. Insérer un crochet du droit
  7. Puis un uppercut
  8. Votre adversaire est K.O.
  9. Savourez votre victoire
  10. Passez au combat suivant

On insiste sur le fait de passer au combat suivant car bien que la Rockocini Balobota soit très efficace en combat et permette de mettre à terre l’adversaire en 2 rounds seulement, il faut rester combatif pendant toute la compétition et ne jamais baisser les bras.

Les 3 techniques de Rockocini Balobota

Il existe trois grandes techniques de Rockocini Balobota qui se distinguent dans leur mise en œuvre par la position des jambes, des bras et par la couleur du short de boxe.

 

Rockocini Balbolota : l’école de boxe